Archives de catégorie : Internationalisme & Union Européenne

Panique à bord ! « Les gens qui ne sont rien » vont-ils accepter de “sauver” l’économie capitaliste ?

La classe dominante veut essayer de faire passer un message clair ; un message qui sonnerait comme une évidence ; un message qui affirme qu’il n’y aura pas d’autres choix que de travailler dur pour sortir de cette récession afin de sauver « notre » économie — comme si, au passage, cette « économie-là » pouvait aussi appartenir au peuple !

L’ensemble des annonces faites par nos gouvernants, notamment celle sur la date du 11 mai — pavé dans la mare sorti du chapeau — pour commencer un dé-confinement « restant à gagner » montre une chose importante : un vent de panique souffle au plus haut niveau. Les gueux vont-ils vouloir retourner dans la subordination ? Vont-ils encore tolérer le parasite ? Vont-ils vouloir sauver — une fois de plus — les banques privées, les actionnaires ? Vont-ils vouloir continuer à rembourser les dettes dites publiques, etc. ? Plus simplement, une peur bleue envahit cette petite caste qui se demande si elle va pouvoir s’en sortir victorieuse, c’est-à-dire si elle va être en mesure de garder le pouvoir !

Continuer la lecture de Panique à bord ! « Les gens qui ne sont rien » vont-ils accepter de “sauver” l’économie capitaliste ?

C’est le Travail qui, seul, fera la reconstruction ! Assumons-le politiquement !

Jamais un parasite n’apporte la moindre ressource à son hôte… Au contraire, il pille et détruit tout ce que ce dernier peut bâtir. Nous, les seuls producteurs de valeur, n’avons pas d’autre choix que de reconstruire le pays — comme le monde du travail l’a toujours fait dans l’histoire —, et devons l’assumer. La crise mondiale financière masquée par une crise sanitaire bien réelle est un énième exemple de ce qu’a pu détruire le Capital, de ce qu’il détruit encore aujourd’hui et de ce qu’il est prêt à détruire demain pour préserver sa domination au risque de détruire l’humanité et la planète. Que les choses soient claires, aucun détour n’est possible : il faut en finir avec le Capital, et le monde du travail doit être le seul à gérer la reconstruction. Plus d’actionnaires, d’employeurs et propriétaires des moyens de production, de banques privées, de dettes dites publiques qui sont en réalité au profit de créanciers prédateurs privés, etc. Nous devons mettre le cap vers une société nouvelle sans nuisibles — tout est à nous ! — basée sur une vision communiste du Travail.

Continuer la lecture de C’est le Travail qui, seul, fera la reconstruction ! Assumons-le politiquement !

Courrier à Mr Elio Eduardo RODRIGUEZ PERDOMO, Ambassadeur de Cuba en France

Monsieur l’Ambassadeur,

L’ensemble des militants de notre association tient à envoyer un message de remerciement au peuple cubain pour son soutien dans la crise sanitaire que l’humanité connaît. Envoyer des brigades médicales dans 37 pays — et peut-être bientôt en France — est remarquable.

La France, « septième puissance économique mondiale », ne réussit pas pas à contenir la propagation de la maladie et apporter les soins nécessaires à son peuple, alors que Cuba qui subit un embargo totalement odieux depuis près de 60 ans, arrive non seulement à protéger sa population, mais aussi à fournir de l’aide dans le monde entier. Vous donnez une sacrée leçon ; et ce n’est pas la première fois !

Continuer la lecture de Courrier à Mr Elio Eduardo RODRIGUEZ PERDOMO, Ambassadeur de Cuba en France

Fidel Castro, un véritable révolutionnaire, pour toujours dans nos cœurs et nos esprits

Tous les authentiques révolutionnaires du monde, tous les communistes, tous les progressistes sont en deuil aujourd’hui. Fidel Castro, véritable légende pour tout militant voulant éradiquer le capitalisme dans toutes ses dimensions, n’est plus.

Fidel Castro 
Malgré l’âge et la maladie, la nouvelle nous stupéfait et nous voyons défiler toute l’histoire depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, tous les épisodes de l’affrontement entre l’impérialisme, stade suprême du capitalisme, et le droit à l’autodétermination des peuples. De la célèbre plaidoirie « L’histoire m’acquittera » au débarquement internationaliste du Granma, de l’agression dans la baie des cochons au délire anticommuniste toujours à l’œuvre aux États-Unis, de la guerre froide à la solidarité avec l’Angola ayant abouti à la libération de Nelson Mandela et la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud, solidarité encore sur tout le continent Sud Américain en particulier dans le domaine de la santé, Cuba socialiste et Fidel Castro formaient un tout.

Notre première réaction d’affection est pour le peuple cubain et son gouvernement qui perdent un dirigeant exceptionnel qui a œuvré jusqu’à son dernier souffle pour la Paix, la souveraineté des Peuples, l’indépendance des Nations, la solidarité internationale et la coopération sans jamais transiger sur la Révolution.

Continuer la lecture de Fidel Castro, un véritable révolutionnaire, pour toujours dans nos cœurs et nos esprits

Pourquoi le combat actuel pour le retrait de la « loi travail » peut pousser le Travail à sortir de l’Union européenne, à annuler la dette dite « publique », mais surtout écraser le parasite, le Capital ?

L’appétit gargantuesque et toujours plus important du Capital compresse toujours plus le monde du Travail et lui impose des régressions sans précédent. Ainsi les lois Macron, Rebsamen, maintenant El Khomri – pour ne citer que ces noms –, dans la continuité des politiques des précédents gouvernements depuis des décennies, s’inscrivent dans ce plan organisé de pillage des richesses produites par le seul Travail.

Seulement, si aucun gouvernement et même parti institutionnel ne s’oppose au diktat du Capital, il est en train de se passer quelque chose de subversif pour le système capitaliste : le Travail est en train de prendre conscience du fait qu’il est seul créateur de richesses et que cela lui octroie une légitimité politique. Cette affirmation politique du point de vue du Travail peut faire sauter de nombreux verrous mis en place par le Capital depuis des décennies.

Le combat qui est en train de se mener avec des manifestations et rassemblements toujours plus massifs pour le retrait de la « loi travail » commence à montrer ces réels enjeux ; et à moins que le monde du Travail ne rentre dans ses chaumières comme si de rien n’était, le combat va très vite prendre une tournure plus politique : se libérer totalement de la domination du Capital. Pour cela, et dans un premier temps, le Travail va devoir dynamiter les deux principaux verrous indispensables à son émancipation, l’Union européenne et la privatisation de la dette dite « publique ».

Continuer la lecture de Pourquoi le combat actuel pour le retrait de la « loi travail » peut pousser le Travail à sortir de l’Union européenne, à annuler la dette dite « publique », mais surtout écraser le parasite, le Capital ?